OC_CHALLENGE-RED-ALERT_LP-ANIMATION_VISUEL9
Sommaire

Traumatisme dentaire, quels sont les bons gestes ?

Un choc sur une dent, chez un enfant ou chez un adulte, est une urgence médicale. Découvrez la conduite à tenir en cas de traumatisme dentaire afin d’en limiter les séquelles.

Une consultation chez le dentiste de toute urgence

La première chose à faire est d’appeler un chirurgien-dentiste et de vous y rendre le plus vite possible. Que la dent soit déplacée ou tombée à la suite du choc, ou que la dent soit seulement sensible après le traumatisme, l’urgence est la même. Et ce, en particulier chez les enfants. Il est en effet impossible de déterminer les conséquences d’un traumatisme dentaire sans équipement adapté. De plus, une absence de symptômes visibles ne signifie pas forcément une absence de séquelles : elles peuvent apparaître plus tard ou être plus profondes. 
Lors de la consultation d’urgence, le chirurgien-dentiste examine la bouche de son patient. En général, il effectue une radiographie et un test de vitalité pulpaire, qui permet de déterminer si la pulpe de la dent a été atteinte. Il met ensuite en place un traitement correspondant au type de traumatisme dentaire :  

  • Si la dent a été cassée et que les parties cassées ont pu être récupérées, le praticien reconstitue la dent touchée grâce aux morceaux. 
  • Si les parties cassées n’ont pas pu être récupérées, le chirurgien-dentiste fera des empreintes afin qu’un prothésiste dentaire fabrique les parties manquantes.  
  • Si les dents sont déplacées ou bougent, le praticien les réinstalle à leur position initiale et les fixe grâce à une attelle. 

Dans le cas d’une dent tombée et récupérée par le patient, le chirurgien-dentiste sera en mesure de la réimplanter si elle a été conservée dans des conditions correctes, et si le temps entre la chute de la dent et son intervention est réduit (voir ci-dessous). 

Comment conserver la dent tombée suite au choc ?

  • Le délai entre la perte de la dent et sa réimplantation doit être le plus court possible. Pour qu’elle ne soit pas dévitalisée et que sa réimplantation soit pérenne, l’idéal est qu’il se soit passé moins de 20 minutes entre la chute et l’intervention du chirurgien-dentiste. 
  • La dent tombée doit être placée dans une compresse stérile, dans un milieu humide. Dans l’idéal, imbibez la compresse de sérum physiologique. Si vous n’en avez pas, le lait peut faire l’affaire, car c’est un liquide riche en minéraux. Si l’enfant qui a perdu la dent est assez grand, il est possible de lui faire tenir la compresse stérile contenant la dent dans la bouche. Attention toutefois au risque d’étouffement pour les enfants les plus petits, et pendant le trajet en voiture jusqu’au cabinet dentaire. 
Les conséquences d’un choc sur les dents

Les conséquences d’un choc sur les dents

Le principal risque d’un traumatisme dentaire sans chute de la dent, c’est la nécrose du tissu pulpaire. Au cours du choc, le paquet vasculo-nerveux situé au bout de la racine de la dent est comprimé, ce qui a pour conséquence une interruption de l’irrigation sanguine de la dent, ce qui provoque la nécrose (c’est-à-dire la mort prématurée des cellules) de la pulpe. Ce risque est moins important sur une dent immature, c’est-à-dire dont la racine n’est pas encore totalement formée, car l’afflux sanguin y est très important et les capacités de régénération sont élevées. Sur une dent définitive, le risque de nécrose du tissu pulpaire est plus grand. 

Retour en haut